• Après-midi bien chargée en ce dimanche, avec tout d'abord la séance de luge. Après nous être rendus à pied sur la petite pente près de la piste école du dahu, nous avons distribué les luges et donné les consignes. Puis il a fallu "faire la piste". M. Lepage s'est proposé pour jouer les ouvreurs (à gauche) puis les premiers enfants se sont élancés.

     

    Par un ou par deux, quel plaisir de descendre ces pentes enneigées (plus ou moins rapidement) !

     

    Evidemment, il n'y a pas de volant sur les luges donc on arrive parfois de travers, comme M. Lepage, quand ce n'est pas en marche arrière ou sur le ventre.

     

    Tiens, une luge multi-places (à gauche) !

     

    Un lugeur cascadeur (à gauche) et un grand enfant (à droite) Le plus pénible dans la luge, c'est de remonter, car évidemment, il n'y a ni téléski, ni télésiège. Mais cela ne freine pas l'ardeur de nos lugeurs.

     

    Encore quelques descentes et quelques remontées sur fond de piste rouge et de ciel hélas bien gris (mais sans précipitations).

     

    A 16 h, seconde activité de l'après-midi : piscine. Par groupes, les enfants sont allés une demi-heure dans l'eau sous la surveillance d'un adulte et d'une maître-nageuse. Je n'ai pris que les enfants du groupe 1 (car vous n'avez que peu de photos d'eux sur les skis) accompagnés d'un ou deux enfants du groupe 2 afin de les équilibrer en nombre. Une bonne partie de passe à dix s'est alors mise en place.

     

    Match filles contre garçons.

     

     

    Mais bon, vu l'extrême domination des garçons, M. Lepage a décidé de venir renforcer l'équipe des filles pour équilibrer. Je ne sais pas ce qu'ont fait les groupes 2 et 3 (sans doute la même chose) car j'étais remonté au 3° étage (le seul où la connexion internet fonctionne vraiment bien) pour mettre à jour ce blog. J'ignore aussi qui a gagné après le rééquilibrage des équipes.

     

    Pendant que certains groupes étaient à la piscine, les autres goûtaient et passaient ensuite dans la salle d'activité pour la corvée de linge propre. Je dis corvée car, malgré mes instructions, beaucoup de linge n'était pas marqué, ou marqué avec des étiquettes qui se sont décollées ou effacées. Il ne faudra donc pas venir se plaindre si votre enfant ne revient pas avec toutes ses affaires.

    Repas du soir (à droite) : raclette !!!  Bon, là, ils n'ont pas vraiment compris qu'il fallait attendre le fromage. 

     

    Petite précision. La raclette ne se fait pas, comme on en a l'habitude par chez nous, avec un appareil et des coupelles. La vraie raclette se fait à partir d'un demi fromage que l'on place sous un tube incandescent, ce qui en fait fondre le dessus, que l'on peut alors racler, comme le fait une des serveuses du chalet (non, c'est pas Jacky la serveuse, c'est l'autre personne ). On amène ensuite le fromage dans les assiettes des enfants en penchant l'appareil et en raclant. Ceux-ci n'ont plus qu'à déguster. Bon appétit !

     

      

    Enfin, pour clôturer cette journée de dimanche, la veillée. Celle-ci s'intitulait : plume-poulet. Je vous explique. Nous commençons par choisir un beau poulet, et nous plaçons ensuite sur lui quelques plumes (des pinces à linge). Le poulet se fait alors mettre sur la tête une citrouille (bon, je sais, y'a pas trop de rapport) servant à lui cacher la vue. Les enfants étant alors répartis en deux équipes, un représentant de chaque équipe doit essayer de s'approcher du poulet et de lui ôter une plume (pauvre bête !) sans se faire toucher. Lorsque toutes les plumes sont retirées, on compte pour savoir quelle est l'équipe qui en a récupéré le plus, et celle-ci marque un point, puis on recommence une nouvelle manche avec un nouveau poulet.

      

    Voici un beau p'tit poulet prêt à se faire déplumer, et les ruses des "déplumeurs" pour essayer de lui arracher sauvagement une plume sans se faire toucher.

     

    Le jeu se poursuit avec un nouveau poulet, pur produit du terroir : un bon poulet élevé aux grains ! 

     

    Après le poulet, la poulette ! Mais pas n'importe laquelle : une poulette karatéka ! Pas facile à déplumer.

     

    Enfin, un vieux coq, très coriace, très nerveux ! Là il faut vraiment s'approcher avec prudence et redoubler de ruse et de patience pour espérer remporter le précieux sésame. Le vieux coq a vendu chèrement sa peau, et beaucoup s'y sont cassé les dents.

     

     

    Veillée assez courte, car après une journée aussi remplie (sans compter celle d'hier), les enfants étaient assez fatigués. Dodo à 21 h.

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique