• Une matinée comme toutes les autres ... pas vraiment : 2 changements de taille. Tout d'abord, tous les groupes cette fois prennent des bâtons, ce qui nous vaut un petit détour par le local à matériel avant de monter dans le car. Deuxièmement, nous ne skions pas à Crêt-Béni, comme depuis le début du séjour, mais sur l'autre domaine, celui de Braitaz. Cela nous donne donc l'occasion d'emprunter les télécabines (plus communément appelées "œufs")

         

    Nous voici au sommet de la télécabine de la Panthiaz, et nous descendons. Waouh !!! quels magnifiques paysages autour de nous au moment où nous chaussons !!! La matinée s'annonce superbe, même s'il fait un peu frais (-2°). 

         

    Et c'est parti pour la descente d'une piste verte, celle de la marmotte ! 

         

    "Tiens, un p'tit café restaurant d'altitude au bord de la piste ! On s'arrête maître ?"."Euh ... non, j'ai laissé mon porte-monnaie au chalet." Donc du coup, on a continué cette piste de la marmotte jusqu'à un télésiège, celui de Braitaz : un télésiège à l'ancienne, non débrayable, ce qui signifie ... (question à 1 pt : qu'est-ce que ça signifie ?)

         

    Voici ce que nous aurions pu voir au sommet de ce télésiège : le Mont Blanc (à gauche), la Suisse (à droite). Mais hélas, ce ne sont que des images d'archives de l'année dernière, car cette année, nous n'avons rien vu de tout ça. En effet, une bise glaciale et très forte est venue gâcher la fête. Le vent était tellement fort au sommet que même les adultes n'arrivaient pas à avancer (les enfants avaient même tendance à faire de la marche arrière). Ce vent violent arrachait aussi la neige à la surface de la montagne, la projetant sur nous en cinglant les visages comme des petits grêlons. Bien vite, il a fallu se mettre à l'abri en commençant la descente de la piste verte de la marmotte (qui comme l'ourson traverse une forêt), sans pouvoir admirer les magnifiques paysages. Dommage ! Heureusement, pas de bobos, ce fut juste un mauvais moment à passer.

         

    La piste de la marmotte serpentant à travers la forêt, nous étions maintenant à l'abri du vent. Certes il ne faisant pas chaud, mais les enfants bien couverts ont pu profiter de cette belle descente.

         

     

    La piste de la marmotte croise une piste bleue qui passe sous le télésiège au sommet duquel nous avons essuyé ces fortes rafales de vent glacial. La descente se poursuit.

     

         

     

    Le temps que les enfants terminent cette partie de la descente, on voit (à gauche), que le moniteur, Gérome (puisqu'il s'agit du groupe 4 que j'accompagne), a déchaussé et descend à pied. Question quizz (1 pt) : pour quelle raison a-t-il fait cela ?

    Photo de droite : la descente a repris (on voit encore beaucoup de chasse-neige, même en ligne droite, dans ce groupe; il risque fort d'y avoir peu de flocons et beaucoup d'oursons demain lors des tests).

     

         

     

    Suite de la descente de cette piste de la marmotte (très similaire à celle de l'ourson : longue, étroite et peu pentue). Après un virage, le moniteur fait s'arrêter les enfants et leur fait faire un exercice : glisser, puis lever un ski, puis l'autre, puis effectuer un petit saut.

     

         

     

    La descente touche à sa fin, nous sommes revenus aux télécabines (à gauche), mais il reste encore une petite demi-heure, alors on repart jusqu'à un autre télésiège encore plus ancien, celui du tromby (TS deux places) pour descendre une autre piste verte, celle du colvert, laquelle rejoint celle de la marmotte pour nous ramener aux télécabines où cette fois nous redescendons.

     

         

    Fin de la séance : 11 heures, nous sommes en bas des télécabines à 11 h 10, et le car nous ramène au chalet. La suite, vous la connaissez.

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique