• Après un petit temps calme dans les chambres jusqu'à 13 h 50, nous sommes remontés dans le car de Robert pour aller visiter la ferme de M. Blanc (précision : M. = Monsieur, pas Michel) où de nombreuses cloches étaient accrochées en attendant de pouvoir être remises au cou des vaches lorsqu'elles seront dans les pâturages cet été. 

         

     

    Les enfants ont été répartis en 2 groupes : un qui visitait la salle de fabrication du fromage pendant que l'autre (pas de photo) entrait dans l'étable pour rendre visite aux vaches.

         

    Le fermier a commencé à expliquer aux enfants la fabrication du fromage, à commencer par la traite. Malgré les trayeuses automatiques, il met quand même, pour traire ses 54 vaches, ............. (1° question quizz du jour : combien de temps par jour passe-t-il à la traite ? Question à 2 pts). Le lait arrive ensuite dans le récipient de verre (photo de gauche - on y voit de l'eau pour le nettoyage avant la prochaine traite), puis il est expédié ... 

         

    ... soit vers le grand frigo (à gauche), soit vers le grand chaudron de cuivre d'une contenance de 1200 litres (à droite) où il sera chauffé à 34° pour être transformé en fromage.

         

    Une fois le lait caillé (à gauche), le fermier utilise alors un tranche-caillé pour découper le fromage en petits grains de la taille des grains de riz. Puis il prépare un moule de taille ajustable pour pouvoir faire des fromages de 6 à 12 kg (obligatoire pour avoir l'appellation AOP).

         

    Ensuite, il se sert d'un tablier en fibre de lin et le plonge dans le chaudron pour recueillir le lait caillé sans avoir le petit lait, et le place dans le moule. 

         

    Puis les moules vont sous la presse afin d'une part d'éliminer le petit lait restant et, d'autre part, de presser les grains de lait caillé pour les souder les uns aux autres. Après quoi, il appose une étiquette comme celle-ci sur le fromage. (question quizz n° 2 : que veulent dire les lettres TF sur l'étiquette ? - question à 2 pts)

         

    Après un affinage de 100 jours dans les caves, le fromage d'abondance est prêt à être consommé. Question quizz 3 : Il manque une étape dans la fabrication du fromage, laquelle ? (question à 1 pt)

    Ensuite, les groupes ont permuté : mon groupe est passé dans l'étable tandis que l'autre est allé dans la salle de fabrication du fromage. Un autre agriculteur a commencé à donner quelques informations aux enfants (à gauche) puis ceux-ci ont pu se promener dans l'étable (à droite)

         

    Ils ont pu caresser les vaches ou les petits veaux, et même nourrir les animaux.

         

     

    Après la visite, les enfants qui le souhaitaient ont pu déguster du fromage d'abondance offert par nos hôtes (pas de photo). Miam, miam ! Puis nous sommes revenus au chalet pour goûter (pas de photos), et les enfants sont ensuite remontés à l'étage pour faire des jeux, ou du courrier, ... pendant que je mettais à jour ce blog (donc pas de photos non plus). Ils ont également profité de ce temps pour prendre les douches.

    Il est 18 h 45. Dans quelques minutes, ils vont descendre car le repas est prévu à 19 heures.

    Et là, surprise : les trois dames de service sont en train de tremper des bouts de pain dans une sorte de pâte. Ne serait-ce pas pour faire une fondue ??? Et bien si !!! Evidemment, pour des raisons de sécurité, les enfants n'ont pas les caquelons sur les tables. Ce sont les dames de service qui leur apportent les morceaux qu'elles ont elles-même trempés dans la fondue. Petite dégustation de ce plat typiquement régional, et grand régal.

         

     

    Miam Miam !

     

         

    Les adultes, eux, ne se font pas servir et peuvent déguster une bonne fondue savoyarde. Pour les enfants, ce n'était qu'une petite entrée, le plat principal de ce repas amélioré (ce qui explique le verre de coca sur les photos précédentes - ce n'est pas comme ça tous les jours) étant un hamburger accompagné de frites. Re Miam !

         

     

    Pendant que les enfants terminent leur repas par une île flottante, les adultes, qui viennent quant à eux de terminer une bonne et copieuse fondue, terminent leur repas ... euh non ... le repas n'était pas fini, car il y avait aussi des hamburgers et des frites pour eux ... Bon, va falloir faire deux fois plus d'efforts sur les skis demain pour éliminer toutes ces calories !

     

         

     

    Une fois l'île flottante avalée, les adultes emmènent les enfants dans une des salles de classe du 3° étage aménagée pour l'occasion en salle de veillée. Au programme : le jeu du Loup Garou. En quelques mots, car ce serait trop long et trop difficile à expliquer, chaque enfant a une carte où il joue un personnage (un Loup-Garou ou un villageois - certains villageois ayant des pouvoirs spéciaux)

         

     

    Nicolas raconte une histoire mettant en scène les personnages pendant que les autres doivent dormir, et en se servant de ce qu'ils entendent, les Loups-Garous doivent essayer de dévorer des villageois (si possible ceux ayant des pouvoirs), et au contraire, les villageois doivent se concerter pour tuer un Loup-Garou (mais sans savoir si celui qu'ils désignent en est un ou si c'est un villageois)

         

     

    Bon, vous n'avez pas tout compris, rassurez-vous, c'est normal (moi à peine plus que vous). Le but pour chaque camp étant d'éliminer le plus d'adversaires possible dans le camp adverse. A ce petit jeu là, les Loups-Garous ont été largement plus forts que les villageois.

    Après un retour au calme sur quelques notes de guitare de Nicolas, les enfants se sont couchés vers 21 h 10 et contrairement à hier où il a fallu batailler jusqu'à très tard pour avoir le silence, cette fois les enfants se sont endormis très vite.

    Voilà, fin de cette 1° journée déjà très riche.


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique